Les assurances et la crise du coronavirus

Publié par Jean-Sébastien LEFEVRE le

Alors que la communauté internationale s’efforce d’atténuer l’évolution de la crise du coronavirus, les entreprises sont, à juste titre, préoccupées par l’impact financier potentiel que la propagation mondiale continue du coronavirus pourrait avoir sur leurs activités.

Heureusement, les entreprises peuvent désormais gérer de manière proactive leur exposition au coronavirus en examinant attentivement leurs programmes de prise en charge de la crise du coronavirus par leurs assurances afin de déterminer si une couverture adéquate est accordée pour les pertes liées aux coronavirus et à d’autres maladies infectieuses.

Bien que l’étendue de la couverture dépende des conditions spécifiques de chaque police d’assurance, un certain nombre de couvertures peuvent proposer une prise en charge de la crise par une assurance pour les types de pertes liées au coronavirus qui pourraient bientôt être subies par les titulaires de polices commerciales.

Assurance contre l’interruption des activités

En raison des récents avis/restrictions gouvernementaux sur les voyages et de la crainte croissante du public concernant la contraction du coronavirus, les entreprises situées dans des zones où la contraction humaine du coronavirus a été concentrée peuvent connaître des perturbations importantes.

L’assurance contre les pertes d’exploitation peut couvrir ces pertes de revenus.

Généralement souscrite dans le cadre de la police d’assurance des biens commerciaux d’une entreprise, l’assurance contre les pertes d’exploitation vise à protéger les entreprises contre les pertes de revenus subies à la suite de perturbations de leurs activités.

L’assurance éventuelle contre les pertes d’exploitation fournit également une assurance contre les pertes financières résultant des interruptions de l’activité des clients ou des fournisseurs d’une entreprise, en exigeant généralement que la cause sous-jacente des dommages subis par le client ou le fournisseur soit d’un type couvert en ce qui concerne les biens propres de l’entreprise.

Dans de nombreuses polices d’assurance de biens commerciaux, la couverture des pertes d’exploitation est déclenchée lorsque l’assuré subit une « perte physique directe ou un dommage » aux biens assurés par une cause de perte couverte. En cas de réclamation pour perte d’exploitation liée à un coronavirus, certains assureurs peuvent contester que cette condition de « perte physique » ait été remplie.

La notion de perte physique en assurance

Les assurés doivent toutefois garder à l’esprit que les tribunaux de tout le pays n’ont pas établi de règles uniformes pour déterminer quand un bien assuré a subi une « perte physique ». Un certain nombre de juridictions ont déterminé que lorsque la contamination et d’autres incidents rendent un bien inhabitable ou autrement impropre à l’usage auquel il est destiné, cela constitue une « perte physique » suffisante pour déclencher la couverture des pertes d’exploitation.

La détermination de l’existence d’une « perte matérielle » nécessitera donc un examen approfondi des faits particuliers de chaque cas.

D’autres polices d’assurance spécialisées et extensions de couverture ajoutées aux polices d’assurance de biens standard y compris celles vendues aux assurés des secteurs de l’hôtellerie et des soins de santé offrent expressément une couverture d’assurance pour les pertes causées par des « maladies transmissibles ou infectieuses » sans exiger de dommages physiques aux biens assurés.

Nonobstant la disponibilité potentielle d’une couverture au titre de l’assurance standard contre les pertes d’exploitation, les entreprises préoccupées par le risque de perturbations occasionnées par les pandémies devraient envisager de souscrire également à une couverture « maladies transmissibles ou infectieuses ».

Quand les autorités interdisent l’accès à vos locaux          

De nombreuses polices d’assurance de biens commerciaux prévoient une couverture pour les pertes de revenu d’entreprise subies lorsqu’une « autorité civile » interdit ou entrave l’accès aux locaux de l’assuré.

Selon sa formulation spécifique, la couverture d’une « autorité civile » peut ou non exiger que la restriction de l’accès résulte d’une « perte physique » par une cause de perte couverte et, si c’est le cas, elle n’exige souvent pas que la « perte physique » se produise sur les propres biens du titulaire de la police.

Par conséquent, dans le cas où une autorité gouvernementale fédérale, étatique ou locale limite l’accès à des zones où la transmission active d’une maladie infectieuse a été identifiée, la couverture « autorité civile » peut répondre avec une assurance pour les pertes de revenu correspondantes des entreprises touchées.

Enfin, certaines formes d’assurance contre les risques politiques peuvent couvrir les pertes d’exploitation subies par une entité étrangère dans le pays d’accueil à la suite de mesures réglementaires prises par les autorités locales. Bien que les perturbations résultant d’un décret sanitaire tel que celui concernant le coronavirus ne constituent pas nécessairement une « expropriation » ou une inexécution de contrat, de nombreuses polices d’assurance contre les risques politiques offrent une couverture pour les pertes d’exploitation, même en l’absence de dommages physiques à l’entreprise, pour les mesures prises par le gouvernement du pays d’accueil.

Assurance responsabilité civile : Couverture de l’assurance responsabilité civile générale

À mesure que les conséquences liées à la pandémie du coronavirus augmentent, les entreprises — en particulier celles du secteur de l’hôtellerie et de la restauration (HCR) — pourraient également être confrontées à des réclamations de la part d’invités infectés qui n’auraient pas fait preuve d’une prudence raisonnable dans la protection contre le risque d’exposition au coronavirus ou dans la mise en garde contre ce risque. Afin de protéger les entreprises contre les réclamations de tiers pour des dommages corporels résultant de l’exposition à des conditions nocives, les polices d’assurance de responsabilité civile des entreprises devraient couvrir ces réclamations.

En ce qui concerne les réclamations similaires pour dommages corporels introduites contre une entreprise par ses propres employés, la loi impose à l’employeur de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer à son salarié sa sécurité.

Alors que les « maladies ordinaires de la vie » (c’est-à-dire celles auxquelles le grand public est également exposé) sont généralement exclues des programmes d’assurance contre les accidents du travail, si un employé peut établir un lien de causalité direct avec le lieu de travail, il peut avoir un argument valable pour faire constater cette situation comme étant un accident du travail.

Ainsi, bien que le coronavirus soit transmis principalement par contact avec les animaux ou les humains (et constitue donc sans doute une « maladie ordinaire »), dans la prise en charge des assurances de la crise du coronavirus, il est concevable voir probable qu’une maladie coronarienne acquise en laboratoire ou en lieu hospitalier puisse être considérée comme un accident de travail.

Néanmoins, dans la mesure où d’autres demandes d’indemnisation pour des maladies coronavirales liées à l’emploi ne donnent pas droit à des prestations d’indemnisation des travailleurs, une couverture pourrait encore être accordée dans le cadre de certaines polices d’assurance responsabilité civile générale commerciale (CGL).

Assurance responsabilité civile professionnelle

En plus de l’assurance responsabilité civile générale, de nombreux prestataires de soins de santé souscrivent également une assurance erreurs et omissions, communément appelée assurance responsabilité professionnelle hospitalière.

Ces polices d’assurance spécialisées semblent particulièrement efficaces dans la prise en charge de la crise du coronavirus, car elles protègent contre les dommages que les prestataires de soins de santé sont tenus de payer pour les dommages corporels résultant de la fourniture ou de la non-fourniture de services médicaux.

Bien qu’elles excluent généralement la couverture des dommages corporels subis par les employés dans le cadre de leur emploi (qui peuvent être couverts par les polices d’assurance contre les accidents du travail), les polices d’assurance responsabilité professionnelle hospitalière proposent une couverture contre les réclamations de dommages corporels liés au coronavirus des non-employés.

Assurance contre les accidents du travail

En plus des plaintes de tiers déposées contre les entreprises elles-mêmes, les administrateurs et les dirigeants d’une entreprise peuvent faire l’objet de poursuites de la part des actionnaires, alléguant que leurs actions (ou leur inaction) déraisonnables en réponse à des épidémies de coronavirus ou d’autres maladies infectieuses ont causé des pertes économiques à l’entreprise.

En particulier, les actionnaires d’une société peuvent prétendre que la direction n’a pas élaboré de plans d’urgence adéquats, qu’elle n’a pas respecté les protocoles recommandés ou exigés par les autorités gouvernementales et/ou qu’elle n’a pas divulgué correctement les risques de coronavirus posés aux activités et aux résultats financiers de la société. Les polices d’assurance des administrateurs et des dirigeants peuvent fournir une prise en charge des assurances de la crise du coronavirus pour les coûts et les responsabilités découlant de ces poursuites d’actionnaires.

Bien que la majorité des polices d’assurance excluent les réclamations pour dommages corporels (certaines exclusions étant formulées de manière plus large que d’autres), lorsqu’elles sont accordées selon une « interprétation stricte et étroite », les exclusions ne devraient pas empêcher la couverture d’assurance pour les réclamations des actionnaires pour pertes économiques.

Néanmoins, les assurés doivent être conscients du fait que les assureurs peuvent tenter d’invoquer les exclusions dites « absolues » des dommages corporels de certaines polices d’assurance (par exemple, en excluant la couverture de toute réclamation « fondée sur un dommage corporel réel ou allégué, en découlant directement ou indirectement ou s’y rapportant ») pour refuser la couverture des réclamations des actionnaires ayant un lien quelconque avec un dommage corporel lié à un coronavirus, quelle qu’en soit l’atténuation.

Au moment de la souscription ou du renouvellement, les assurés devraient donc envisager de négocier la suppression de ce libellé « absolu » ou l’ajout d’exclusions qui préservent expressément la couverture des réclamations des actionnaires, qu’elles découlent ou non de dommages corporels sous-jacents.

Assurance pour la prise en charge des frais de santé.

Qu’elles soient individuelles ou collectives, les assurances santé appelées plus communément « mutuelle » prendront en charge évidemment l’ensemble des frais de santé liés à la crise du coronavirus, que ce soit les consultations médicales, les médicaments, les déplacements ou l’éventuelle hospitalisation.

Suivant les contrats certains éléments de « confort » pourront être pris en charge comme la télévision.

Comment êtes vous assuré ?

C’est le moment plus que jamais de savoir à quel niveau vous êtes assuré et ce à quoi vous avez le droit. Or, la plupart du temps, un chef d’entreprise subi son assurance et ne se doute pas qu’il pourrait bénéficier de garanties plus intéressantes pour son activité. C’est justement ce à quoi s’engage Vasa.fr : avoir accès à la meilleure offre au meilleur prix, sans avoir à y passer des heures, puisque notre équipe conseille et vous suit dans les démarches !

Nos clients économisent en moyenne 10% sur leurs contrats.
L’outil d’analyse gratuit de vos assurances.
Solution professionnelle 100% en ligne, destinée aux startups, TPE et PME

Spread the love
  • 12
  • 9
  • 12
  •  
    33
    Partages
  •  
    33
    Partages
  • 12
  • 9
  • 12
  •  

Jean-Sébastien LEFEVRE

✅Nous accompagnons les entrepreneurs dans la mise en place de la meilleure protection sociale en fonction de leurs besoins 🚀